Depāto et konbibi

Deux types de magasins sont essentiels dans la vie des Japonais: le depāto et le konbini.

Le depāto, デパート, dont le nom vient de l’américain department store, est l’équivalent de nos grands magasins.

Le konbini, コンビニ, de l’américain convenience store, est une petite supérette de quartier, ouverte lingtemps, parfois  24 heures sur 24, et qui assure un rôle de proximité indispensable. C’est là que l’on peut retirer de l’argent aux distributeurs, acheter de quoi boire et se nourrir, y compris des repas chauds, acheter une chemise blanche pour le salaryman qui n’est pas rentré chez lui après avoir bu trop de saké avec les collègues, acheter une batterie pour son téléphone portable déchargé, etc.

C’est aussi là que l’on peut acheter un billet d’entrée pour le musée Ghibli, mais le distributeur est en japonais. Sinon, il faut avoir réservé son billet à l’étranger. De toute manière il n’y avait plus de place pour le mois à venir.

Un autre type de grand magasin, étourdissant et agressif, autant auditivement que visuellement, ce sont les magasins d’électronique et d’électroménager. Des annonces sonores et des jingles incessants et une foule de panneaux, de caractères, de couleurs criardes dans une lumière crue, surexposée.

Des Chinois débarquent par avions entiers pour acheter des Rice cookers. Moins cher et de meilleure qualité qu’en Chine. Les haut-parleurs déversent des annonces en japonais, chinois et anglais. Tax free, discount, Visa card! On chiffre à un milliard de dollars les achats effectués par les Chinois au Japon lors des vacances de nouvel-an 2014. Et c’est maintenant au tour des Thaïs: 657’570 sont venus en 2014, selon le Japan Times. Il y a des avions low-cost, il n’y a plus besoin de visa, les articles de maquillage sont moins chers et ils aiment le mont Fuji.

Les Japonais aiment le golf. Ils pensent surtout que c’est un moyen d’ascension sociale. Pas sûr que le look Hello Kitty leur fasse gagner les faveurs de leur supérieur.

Des machines â laver maquillées comme des camions volés!

Un mur entier de climatiseurs, indispensables l’été lorsqu’il fait 40 degrés et 100 % d’humidité. Par contre, c’est une aberration énergétique dans ce pays où plus aucune centrale nucléaire ne fonctionne sur les 48 en état avant Fukushima.

Pour une centaine de francs, une petite machine à laver la vaisselle transparente.

Et bien sûr les toilettes, que l’on trouve très japonaises, alors qu’eux les trouvent occidentales. Les vraies toilettes japonaises sont des toilettes « à la turque »! Quelle salade de nationalités!

Même l’emballage du papier toilette est stylé.

Publicités

2 réflexions sur “Depāto et konbibi

  1. Marion Droz dit :

    Quelle salade culturelle! Voilà un magnifique sujet d’étude anthropologique: les toilettes, leur format et leurs principes hygiéniques comme indicateur identitaire

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :