Commémorations

Je suis arrivé au Japon peu avant le 7 avril, date symbolique qui marque la commémoration de la destruction du cuirassé Yamato. Il ne s’agit évidemment pas de commémorer la victoire des Américains, mais bien de déplorer la perte de cet emblème de la puissance japonaise.

Wikipedia nous explique:

« Le Yamato (大和), d’après l’ancien nom désignant le Japon, était un cuirassé de premier rang de la marine impériale japonaise, et le premier de la classe Yamato.
Avec son sister-ship, le Musashi (dont la carcasse a été retrouvée en mars de cette année à 1 000 m de profondeur par Paul Allen, cofondateur de Microsoft), le Yamato est le plus grand cuirassé jamais construit, déplaçant 65 027 tonnes, et armé de pièces de 460 mm, le plus gros calibre jamais monté sur un navire de guerre. »(
http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Yamato_(cuirassé))

  

Le 7 avril, donc, un hommage est rendu à Kure, dans la préfecture d’Hiroshima, aux 3000 Japonais morts lorsque la marine américaine a coulé le Yamato. Le service était dirigé par Kazushi Hiro, 91 ans et un des 276 survivants, devant une assemblée de 300 personnes.

yamato-a-20150408-870x554

Le Yamato a été utilisé par la culture populaire à de nombreuses reprises pour le positionner dans des récits futuristes. Ainsi, l’anime de Leiji Matsumoto, Space Battleship « Yamato » (1974-1975) met en scène le Yamato récupéré du fond du Pacifique et converti en vaisseau spatial qui ira sauver la Terre et ses habitants du bombardement extra-terrestre qui la ravage. En 2012, une série télévisée en offre un remake, Space Battleship Yamato 2199 (宇宙戦艦ヤマト2199 Uchū Senkan Yamato Ni-ichi-kyū-kyū).

 

Le 8 avril, l’empereur et l’impératrice se rendent à Palaos (qui, tout comme la Micronésie et les îles Marshall, était sous contrôle japonais pendant la guerre) dans le cadre d’une visite commémorative en mémoire de ceux qui sont morts, civils ou militaires, lors de la Guerre du Pacifique.

En 1935, 50 000 ressortissants japonais vivaient dans ces îles, dépassant le nombre des habitants natifs, et beaucoup d’entre eux ne sont jamais revenus. Certains japonais, ne sachant pas que le Japon avait capitulé le 15 août 1945, s’étaient cachés dans la jungle jusqu’en avril 1947.

Sanctuaire-Palaos
Un sanctuaire shintô dans l’archipel de Palaos (© Damepo)

L’Empereur a aussi remercié les habitants pour s’être occupé des monuments funéraires construits par les familles endeuillées et d’avoir même récupéré les corps des victimes alors que la population locale avait, elle aussi, payé un lourd tribut. (http://www.japoninfos.com/le-couple-imperial-en-visite-a-palaos-09042015.html)

La télévision en a largement fait état:

Enfin, toujours dans le registre nationaliste,

Les visites officielles au sanctuaire Yasukuni ont toujours été une source de polémique au niveau diplomatique avec les voisins chinois et sud-coréen. Pour rappel, le Yasukuni rend honneur aux millions de japonais morts à la guerre, mais là où la controverse intervient, c’est que parmi ces morts figurent des criminels de guerre de classe A.

Yasukuni-PE-1024x768

Cette année marquant le 70e anniversaire de la fin de la Seconde guerre mondiale, Shinzô Abe préfère éviter des tensions inutiles qui le discréditeraient auprès de ses homologues. Le Premier ministre japonais souhaite en effet pouvoir rencontrer officiellement le président chinois Xi Jinping ainsi que la présidente sud-coréenne Park Geun-hye, et le moindre faux pas pourrait réduire les chances d’une telle réunion. Les conflits territoriaux autour des îles Senkaku avec la Chine, et la non-reconnaissance des « femmes de réconfort » avec la Corée du Sud restent encore des problématiques majeures non résolues.
Shinzô Abe se rendra les 22 et 23 avril en Indonésie mais il devrait cependant faire offrande d’un arbre sacré au sanctuaire. Un geste qui sera probablement très mal vu au niveau international, mais qui a pour but de rester en bons termes avec les conservateurs qui le soutiennent.
La dernière visite du Premier ministre japonais remonte à décembre 2013, et cela avait fait couler beaucoup d’encre. Depuis, les visites de ses ministres ou d’autres parlementaires sont toujours très critiquées par Pékin et Séoul.
(Source: The Japan Times, rapporté par Japon infos)

Publicités

Une réflexion sur “Commémorations

  1. Sabine Blunier dit :

    Va voir Philippe, j’adore! http://rrrrrrrroll.tumblr.com/

    2, ch de Primerose 1007 Lausanne (Suisse) Tél. +41 21 616 41 41 Fax +41 21 616 49 49

    Sabine Blunier sabine.blunier@sabina.ch http://www.sabina.ch http://www.sabinabay.ch

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :